Tirage Tarot Surprenant – Téléphone – SEAMS Tarot rassemble les couleurs de l’Asie du Sud-Est – Manille Bulletin


Une exposition mettant en vedette 78 artistes de la région sera le clou de l’événement

SEAMS Tarot avec Lynyrd-Jym Narciso

Les cartes de tarot ont une réputation colorée. L’ombre qu’il a pour vous sera affectée par vos croyances religieuses et votre éducation culturelle. Pourtant, depuis leur apparition au XVIIIe siècle sous forme de cartes à jouer et leur utilisation ultérieure en divination, les cartes de tarot semblent être là pour le meilleur ou pour le pire.

Les cartes, avec le sentiment de connexion spirituelle qui les accompagne, sont une présence intéressante à une époque où les gens sont désireux d’affirmer leurs différences. De plus en plus, ils manifestent leur mépris pour le symbolisme – pour les personnes qui affirment leur compréhension alors qu’il y a un manque de présence, en particulier dans les questions relatives aux droits de l’homme et à la dignité.

Face à un tel tournant culturel, les personnes derrière le tarot des mythes et histoires d’Asie du Sud-Est (SEAMS) se sont réunis pour assembler un jeu de 78 cartes avec des images enracinées dans du matériel local qu’ils partagent les uns avec les autres. Cette entreprise passionnante est dirigée par Rowen Ong, un Singapourien dont le travail est en consultation de tarot, et Lynyrd-Jym Narciso, un artiste de tarot philippin dont les jeux d’art ont été publiés aux États-Unis.

Peut-être qu’un bon moyen de contextualiser SEAMS est de lire sur Rowen Ong, dont la vie est consacrée à la divination. Il a appris à lire les cartes de tarot à l’âge de 17 ans, et ce n’est pas la seule forme de divination qu’il pratique selon son site WiX.com. Parcourir le contenu révèle que la divination est une question spirituelle qui ne concerne pas simplement la recherche de numéros de billets de loterie gagnants. Cela aide les gens à entrer en contact avec leur subconscient, ce qui peut, espérons-le, les aider à prendre des décisions de vie meilleures et plus sages.

Le directeur artistique de SEAMS, Narciso, qui a travaillé dans le domaine de la conception de tarot et dont le travail est publié depuis 2005, souligne la devise du tarot aujourd’hui. Il identifie la popularité du tarot comme signifiée dans l’article de Harper’s Bazaar daté du 26 janvier 2021, dans lequel un élément de la collection de Maria Grazia Chiuri Le Château du Tarot a été expliqué par l’astrologue Violeta Lazé. En dehors de cela, Narciso précise que SEAMS « met en évidence la diversité des cultures en Asie du Sud-Est mais touche également à leur interdépendance ».

Il n’est pas surprenant, étant donné la pertinence du tarot, que les passionnés de tarot veuillent organiser une convention à ce moment-là. L’objectif ultime de SEAMS est de rassembler les gens de la région de l’Asie du Sud-Est – en fait, de coudre les “coutures” ensemble – dans une convention de tarot en 2022 qui se tiendra à Singapour. Pendant la convention, l’art du tarot des 78 artistes impliqués dans la création de chaque carte du jeu SEAMS sera exposé.

Pour préparer cet événement, un Kickstarter aura lieu le 25 mai 2021. L’objectif de ce Kickstarter est de constituer des fonds suffisants pour indemniser, via un paiement et un jeu de tarot SEAMS gratuit, les tarotistes qui ont contribué par leur travail à l’effort collectif . Bon nombre d’artistes en dehors de lui, mentionne Narciso, viennent des Philippines : Pergy Acuña, Pepot Atienza, Voltaire Casiño Cada, Ray Ann Fajardo, Martin Malabanan, Gian Carlo Moreno, Mado Obusan, alias Wati, et Maria Cristina Tinay Sison.

Narciso ajoute que l’art du tarot sera d’abord exposé à Singapour. Cela sera suivi d’une exposition au Vietnam et, comme mentionné précédemment, d’une présentation à Singapour à temps pour la convention de tarot. On espère que l’art du tarot sera également exposé ici aux Philippines.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la page SEAMS Tarot sur Facebook. Vous pouvez également accéder à leur événement Kickstarter ici.


INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER QUOTIDIENNE

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Each person’s entrée into the world of tarot cards and readings is different. Mine came at age 13, at est Bat Mitzvah for est figurant indium my class that featured est carte reader as of the cocktail hour. When she pulled the Death card—lucky number 13 in the major arcana of cards—in my spread, I near fainted and squarely decided tarot was not for me. That opinion changed when I was introduced to the work of Rachel Howe, a Brooklyn-based artist, Reiki healer, and carte reader—you might know her from her Instagram handle, @smallspells. It was Howe’s mystical, black-and-white drawings that first caught my eye, and her recently released illustrated carte deck and guidebook has inspired this writer to get into atout yet again. To those who think the practice of reading tarot is an occult art reserved for spook sessions, let me say: You’re wrong. As Howe describes it, the practice is more embout the discussion between the reader and the person whose cards are being read. Think about it like an in-depth entretien that’s merely facilitated by the cards and their implied meanings: “Tarot, est tool, and the real healing work is going to be cadeau by the person,” says Howe. “A lot of people describe carte as a mirror, so it’s not like I’m pulling some secret out of you.” WATCH “This Dress Represents est Very Glamorous Armor”—Watch How Regina King’s Louis Vuitton Golden Globes Look Came Together Good Morning Vogue Still, trying to bouturer into the vast world of carte readings, of which there are centuries of literature about, is daunting. “There’s a lot of rules embout tarot, which I think have been used in the past to have it be this secret esoteric thing and to keep people away, which was necessary as a protective measure. I don’t think that’s as necessary now. I think anyone can read tarot,” Howe says of the practice’s sometimes-exclusive practices and rules. “I’ve heard people say you’re not supposed to buy your own deck, you’re supposed to have someone gift it to you. My feeling is, I bought my deck and I can read. What taxus no nous buys you est deck? Then you never get to learn how to read! Anything that feels like it’s est sort of boundary between people who know and people who don’t know, I don’t think applies anymore.” So indium the spirit of inclusivity, I asked Howe to share some of her tips for new members of the tarot club. Those who still want to find dépassé more—and happen to live in the New York area—can attend nous of Howe’s workshops in Williamsburg.

Leave a Comment

Your email address will not be published.