Tirage Tarot Surprenant – Téléphone – Lectures psychiques et pandémie


Elle préfère le téléphone pour des raisons techniques : « Les séances téléphoniques me permettent d’entrer dans un état plus méditatif. Cela fonctionne également mieux pour les clients qui se sentent « remuants » ou « nerveux » pendant la séance. Elle a déclaré que lors de ses consultations, “l’essentiel de ce que je fais est l’autonomisation”.

Michael Wamback et Krista Schwimmer, qui effectuent des lectures à Venise, en Californie, approchent les 60 ans et prennent les risques du coronavirus au sérieux. “Je ne veux pas finir par mourir juste pour faire une lecture”, a déclaré M. Wamback, 58 ans.

De nos jours, ils peuvent programmer des lectures entre les courses et la surveillance de leurs oiseaux, Lily, un corbeau, et sœur Claire, une colombe. (Ils passent souvent à travers l’écran pendant les consultations.) M. Wamback a aimé utiliser des jeux de tarot virtuels; les decks physiques peuvent perdre leur uniformité avec le temps, et il craint de choisir inconsciemment une carte plutôt qu’une autre. (« Je pense que vous pouvez tricher », a-t-il dit.)

Avant la pandémie, le couple songeait à passer au numérique. Non seulement ils voulaient la liberté de voyager, mais la librairie Mystic Journey à Santa Monica, où ils travaillaient depuis 20 ans, réduisait les quarts de travail. La librairie a généré plus d’un million de dollars de revenus en 2018, a déclaré le propriétaire de la boutique, Jeffrey Segal, mais le loyer augmentait et ils devaient réduire leurs effectifs.

Le Covid-19 a forcé la main du couple. « À long terme, ce sera très bénéfique », a déclaré M. Wamback. « À court terme, c’est un peu chaotique. Les clients sont moins nombreux, mais les lectures durent souvent plus longtemps. “Ils s’ennuient un peu et se sentent seuls et veulent juste parler à quelqu’un”, a-t-il déclaré. Sinon, leurs clients ne suivent pas un type : « Tout le monde et n’importe qui – du concierge au PDG, et tout le monde entre les deux, les thérapeutes, les strip-teaseuses. »

Malgré le nombre écrasant de défis partagés cette année, « les questions n’ont vraiment pas beaucoup changé », a déclaré M. Wamback à propos de ceux qui le consultent. L’amour et les relations dominent, bien qu’ils soient filtrés à travers le prisme de la distanciation sociale. Les clients ont posé des questions sur leur emploi, mais cela ne se compare pas à 2008. « Les gens se sont sentis plus désespérés pendant la récession », a déclaré M. Wamback. « Ils voient en quelque sorte le virus comme une simple complication à court terme. »

Each person’s entrée into the world of atout cards and readings is different. Mine came at age 13, at est Bat Mitzvah juridiction est figurant in my class that featured est carte reader as of the cocktail hour. When she pulled the Death card—lucky number 13 indium the major arcana of cards—in my spread, I near fainted and squarely decided tarot was not juridiction me. That opinion changed when I was introduced to the work of Rachel Howe, est Brooklyn-based artist, Reiki healer, and tarot reader—you might know her from her Instagram handle, @smallspells. It was Howe’s mystical, black-and-white drawings that first caught my eye, and her recently released illustrated carte deck and guidebook eh inspired this writer to get into atout yet again. To those who think the practice of reading atout is an occult art reserved juridiction spook sessions, let me say: You’re wrong. As Howe describes it, the practice is more embout the discussion between the reader and the person whose cards are being read. Think embout it like an in-depth entretien that’s merely facilitated by the cards and their implied meanings: “Tarot, a tool, and the real healing work is going to be présent by the person,” says Howe. “A lot of people describe atout as a mirror, so it’s not like I’m pulling some secret dépassé of you.” WATCH “This Dress Represents a Very Glamorous Armor”—Watch How Regina King’s Louis Vuitton Golden Globes Look Came Together Good Morning Vogue Still, trying to insérer into the vast world of carte readings, of which there are centuries of literature about, is daunting. “There’s a lot of rules about tarot, which I think have been used indium the past to have it be this secret esoteric thing and to keep people away, which was necessary as a protective measure. I don’t think that’s as necessary now. I think anyone can read tarot,” Howe says of the practice’s sometimes-exclusive practices and rules. “I’ve heard people say you’re not supposed to buy your own deck, you’re supposed to have someone gift it to you. My feeling is, I bought my deck and I can read. What taxus no one buys you a deck? Then you never get to learn how to read! Anything that feels like it’s a sort of boundary between people who know and people who don’t know, I don’t think applies anymore.” So in the spirit of inclusivity, I asked Howe to share some of her tips juridiction new members of the carte club. Those who still want to find désuet more—and happen to live in the New York area—can attend nous-mêmes of Howe’s workshops indium Williamsburg.

Leave a Comment

Your email address will not be published.