Tirage Tarot Surprenant – Téléphone – Pourquoi le tarot est à nouveau à la mode


Le palais toscan du XVIIe siècle de Sammezzano, avec ses ornements de style néo-mauresque, était un endroit idéal pour que Dior présente sa dernière collection de couture – un conte de fées fantaisiste de brocart et de mousseline finement orné de motifs célestes. Capturé dans un film atmosphérique de 15 minutes du réalisateur Matteo Garrone, Le Château du Tarot lancez des modèles en tant que personnages d’un jeu de cartes de tarot – du magicien et du fou à l’homme pendu et à la mort.

« Two of Coins » repensé par le photographe Nicolas Bruno dans son « Somnia Tarot »

« Two of Coins » repensé par le photographe Nicolas Bruno dans son « Somnia Tarot » © Nicolas Bruno

Le deck de Bruno comprend également

Le deck de Bruno comprend également « Les Amoureux » © Nicolas Bruno

La directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri, intègre la riche imagerie allégorique du tarot dans ses créations depuis qu’elle a rejoint la maison en 2016, avec des robes éthérées et même des assiettes Dior Maison (650 £ pour quatre) faisant référence aux “superstitions” de Christian Dior – qui ferait lire ses cartes avant chaque spectacle. Mais au-delà de la mode, les images du tarot surgissent partout dans le monde, à travers une variété de supports : d’un ouvrage de Taschen sur le sujet et de la réinterprétation filmique du jeu par le photographe new-yorkais Nicolas Bruno, Tarot de Somnie, à l’installation artistique de lecture de tarot par le duo de sœurs jumelles basé à Guangzhou Huang Shan et Huang He (à l’affiche à l’Asia Society Triennial à New York jusqu’au 27 juin).

"Tarot

“Tarot” de Jessica Hundley, édité par Taschen

Les assiettes de tarot de Dior Maison (650 £ pour quatre) font référence à la pratique de Christian Dior de faire lire ses cartes avant chaque spectacle

Les assiettes de tarot de Dior Maison (650 £ les quatre) font référence à la pratique de Christian Dior de faire lire ses cartes avant chaque défilé © Dior

Chez US Games Systems, l’un des principaux éditeurs de jeux de tarot et d’inspiration depuis 1968, les affaires sont en plein essor. « Les ventes de nos decks n’ont cessé d’augmenter au cours des dernières années », déclare Lynn Araujo, directrice de la rédaction et des communications. « La hausse a été encore plus dramatique pendant la pandémie. Nous avons dû doubler nombre de nos tirages parce qu’ils se vendent si vite. L’attrait, dit Araujo, est que « les jeux de tarot et d’oracle sont des outils facilement disponibles pour donner un sens à nos vies changeantes et acquérir de nouvelles perspectives. C’est devenu plus courant. La lecture des cartes n’est plus considérée comme occulte.

Carte

Carte “Les Amoureux” du deck Sorcière Wiccan/YouTuber Harmony Nice

La

La “Reine des Coupes” telle qu’elle apparaît dans le tarot de Salvador Dalí

Pour la clairvoyante Jayne Wallace, dont les clients incluent l’actrice Leslie Mann, Kim Kardashian West et l’artiste Tracey Emin, qui dirige son entreprise Psychic Sisters du grand magasin londonien Selfridges, la positionne dans un cadre qui confère aux lectures une « crédibilité ». Plus récemment, bien sûr, les séances individuelles (120 £ pour 30 minutes) ont été à distance, mais ce que recherchent ses clients reste le même. « J’appellerais cela une « connexion avec l’esprit », dit Wallace.

L’entrepreneure new-yorkaise Tina Gong fait partie d’une nouvelle vague de passionnés qui considèrent les cartes principalement comme un outil de pleine conscience. « Nous ne croyons pas à la divination », déclare-t-elle sur son site Web, Labyrinthos, où elle vend ses propres decks (à partir de 38 $). « Les cartes voient, reconnaissent et reflètent toutes les parties de vous. Se connaître et accepter soi-même, ses limites et ses préjugés, ses forces et ses faiblesses, vous permet de vivre en harmonie avec vous-même et les autres. En 2016, elle a lancé une application qui propose des lectures et des cours de tarot ; l’intérêt a augmenté au cours de la dernière année, avec des utilisateurs en hausse de 178%.

Le tablier Visconti-Sforza a inspiré la haute couture printemps-été 21 de Dior

Le tablier Visconti-Sforza a inspiré la haute couture printemps/été 21 de Dior © Graham S Haber/The Morgan Library & Museum

“L’Empereur” du Tarot Black Power

Pour la plupart des tarot-curieux, le premier port d’escale est le pont Rider-Waite – un best-seller de tous les temps qui reste le pack le plus populaire de US Games Systems. Publiées pour la première fois en 1910, les cartes ont été créées par le poète et mystique AE Waite avec l’illustratrice Pamela Colman Smith, qui s’est rencontrée lors d’une réunion de l’Ordre hermétique de la Golden Dawn – une société secrète consacrée à l’étude et à la pratique de l’occultisme, de la métaphysique et activités paranormales. Mais les premiers jeux de tarot remontent au milieu du XVe siècle, lorsqu’ils étaient utilisés comme cartes à jouer. Les jeux Visconti-Sforza – commandés par Filippo Maria Visconti, duc de Milan, et peints à la main par l’artiste de la Renaissance Bonifacio Bembo – sont les plus anciennes cartes de tarot au monde.

Dior haute couture printemps/été 21 – la directrice artistique Maria Grazia Chiuri s'inspire de l'imagerie du tarot depuis qu'elle a rejoint la maison en 2016

Dior haute couture printemps/été 21 – la directrice artistique Maria Grazia Chiuri s’inspire de l’imagerie du tarot depuis qu’elle a rejoint la maison en 2016

L’imagerie Visconti-Sforza a inspiré les dernières confections de haute couture de Chiuri. Mais la collection croisière 2018 de Dior incorporait l’iconographie d’un jeu très différent – ​​l’ensemble féministe Motherpeace (27 £) créé par Karen Vogel et Vicki Noble en Californie à la fin des années 70. « Quand j’ai commencé à faire des lectures de tarot, j’ai travaillé avec le jeu Waite, mais j’ai continué à me heurter à des significations patriarcales », se souvient Noble des origines de Motherpeace. Au lieu de cela, le duo a commencé à envisager les 78 cartes dans «une vision du monde plus chamanique, matriarcale et déesse». Les résultats – une plate-forme joyeuse de forme circulaire dont l’imagerie Chiuri brodée sur des robes vaporeuses, cintrées dans des vestes et sur des sacs à main Dior classiques – était « une évasion totale », ajoute Noble. « Quand Karen et moi avons fabriqué ces cartes dans les années 1970, personne ne faisait quelque chose comme ça. »

La carte « Star » du deck féministe Motherpeace, qui a inspiré la collection croisière 2018 de Dior

La carte « Star » du deck féministe Motherpeace, qui a inspiré la collection croisière 2018 de Dior

Les projets d’autres créateurs qui impriment leur propre empreinte sur le tarot trouvent de nouveaux publics. Le conservateur Tere Arcq a récemment redécouvert un ensemble de 22 cartes créées dans les années 1950 par la peintre et écrivaine surréaliste Leonora Carrington ; elles font maintenant l’objet d’un nouveau livre par Fulgur Press et d’un jeu de cartes nouvellement imprimé (30 £). Le MoMa PS1 de New York présente actuellement le travail de l’artiste franco-américaine Niki de Saint Phalle, qui a commencé en 1979 à travailler sur Jardin des tarots, une série de 22 sculptures extérieures monumentales qui réinventent les cartes sous forme de formes 3D vibrantes. Et Taschen a récemment sorti un jeu de tarot de Salvador Dalí (50 £), qui a commencé à créer sa propre version dans les années 1970 (pour le film de James Bond sur le thème occulte Vivre et laisser mourir).

“The Fool” du deck Autonomic de Sophy Hollington et David Keenan

« Justice » du deck Eros du studio de design Uusi

Les interprétations modernes sont également florissantes – du tarot Autonomic influencé par le punk produit par l’illustratrice Sophy Hollington et l’auteur David Keenan (20 £), au Black Power Tarot créé par le musicien King Khan et le designer basé à Belfast Michael Eaton (100 $). Cet afflux de nouveaux jeux de tarot créés par des artistes est documenté par les bibliothèques du MIT (Massachusetts Institute of Technology) dans une collection de plus de 400 exemples. Quatre ponts particulièrement beaux dessinés à la main sont du studio de design basé au Michigan Uusi. “Ils sont la combinaison parfaite d’art, de design, d’histoire et d’artisanat”, explique la co-fondatrice Linnea Gits des conceptions, qui vont d’Eros (75 $), une “interprétation burlesque du Tarot de Marseille du XVIIIe siècle”, à Materia Prima (60 $), inspiré du tableau périodique. “Et ils détiennent toutes nos vérités.”

Find a Way to Start est Reading That Feels Right for You Traditional tarot books présentement readers might advocate for a lengthy présentement ritual process of beginning est reading. Howe says the most important element is to just ut what feels right juridiction you. “I went to a reading where the woman had me sit on the deck of cards for 15 minutes!” she laughs. “So whatever ritual makes the most sense juridiction you that you feel like is letting you have access, you should just ut that.” She outlines her personal process for starting est reading thus: “I usually sit across from the person, but when I lay the cards out, they’re facing me. I like to talk to the person beforehand to get some context embout what they’re working on. While I’m shuffling the cards and they’re talking, sometimes I start to get terme conseillé even then. I have them cut the deck, pick est pile, and then I have them lay the cards out from the pile that they’ve chosen. Then I usually give a minute just to settle, to let whatever’s going to come to the surface come up. A imminent like that is when you have to shed est little self-consciousness, when you’re just sitting there not saying anything. It’s actually really important. It’s not going to matter panthère des neiges you start talking, they’re not going to think it’s weird anymore. You have to just figure désuet whatever it is that will make the reading flow the easiest.” Whatever You Do, Don’t Panic After hearing my story of the Death card, Howe let’s désuet est laugh. “I really love the Death card, it’s the je that always shows u in the movies,” she begins. “The Death card, indium my experience, doesn’t actually mean death. It’s more embout our fear of death and our fear of change. Change is really positive. I drew the Grim Reaper indium this jungle atmosphere with all these potager and life and butterflies that symbolize change and transformation. Death is just the necessary component to transformation—you can’t become something else without the loss of something.” For this writer, maybe losing the fear of the Death card is exactly what needed to happen for to reaccept the tarot. See, not spooky at all.

Leave a Comment

Your email address will not be published.